Newsletter Mai 2019 version longue + Vidéo !

Newletter Mai 2019

  • Newsletter mai 2019: Retour sur la saison 2018/19 et vidéo!!!

    Bonjour à toutes et à tous,

    Avant de commencer notre feedback de la saison, qui risque d’être long, nous aimerions nous excuser de ne pas avoir donné de nouvelles via Newsletter depuis un moment. 

    Un été 2018 très mouvementé:
    
Nous vous avions laissé en vous donnant nos objectifs pour la saison 2018/19. 
Ceux-ci ont dû être un peu revus à la “baisse” et ceci pour plusieurs raisons.
La première raison est qu’en automne 2018, l’IPC (International Paralympic Committee) a revu ses critères de points pour accéder aux courses; Coupe d’Europe, Coupe du Monde. Nous étions proche des critères Coupe du Monde, maintenant avec ce nouveau système de points, la Coupe du Monde sera, on l’espère, pour l’hiver 2019/2020.

    La deuxième raison a été l’arrivée d’un nouvel head coach chez Swiss Paralympic ski team et également un pour la relève dont nous faisons parti. 
Pour nous ces changements impliquaient notre 3ème coachs en 3 saisons… 
Ca commençait à faire beaucoup. Il fallait recommencer à zéro dans la méthode de travail; réexpliquer qu’un duo comme le notre à besoin de choses différentes qu’un athlète individuel, etc… Quand des coachs qui viennent du milieu du ski, sont engagés chez nous, il faut toujours un temps plus ou moins long d’adaptation et c’est frustrant pour nous. 
Du coup la préparation a été mitigée, heureusement nous avions toujours Richard Amacker à nos côtés lors de nos entrainements “privés”, pour continuer sur notre lancé.
    Avec le nouveau staff ça a été compliqué quasiment jusqu’à la fin de la saison.
Paradoxalement, le fait que les choses ne se passaient pas super bien avec le nouveau staff, a renforcé notre duo. Nous avons eu beaucoup de discussions entre nous et nous avons décidé de “créer” la Blind Trust Ski Team et de continuer l’aventure minimum jusqu’aux prochains Jeux Paralympiques de 2022 à Beijing. 
Dans l’adversité, soit tu arrêtes tout, soit tu te renforces… On a choisi la deuxième option. 
On a fait le dos rond, on a continué à travailler dur à notre façon. On n’a rien lâché, notre objectif majeur étant les Jeux dans 3 ans, on suit notre “plan de marche” sans paniquer.

    Les premières courses et les up and down de la saison:
    Comme d’habitude les premières courses se sont déroulées dans le dôme à Landgraaf en Hollande début novembre. L’année passée sur les 4 courses (2 WAPS et 
2 Coupe d’Europe) auxquelles nous avions participé, nous en avions fini 1 proprement… 
Landgraaf c’est particulier, c’est 3 manches de 35 portes au lieu de 2 manches à environ 50-60 portes pour une course en plein air. La neige y est différente et le fait d’être à l’intérieur ne nous aide pas, car le son résonne contre les parois. Bref, cette saison nous avons terminé 3 courses sur 4, un record pour nous. Nous sommes montés sur la troisième marche du podium de la dernière course, une Coupe d’Europe. 
Un super résultat pour nous, vu que le slalom n’est pas ce que l’on préfère. 
Nous repartions donc des Pays-bas, avec le plein de confiance dans cette discipline. Après tout, nous avions terminé plus de course là, en 4 jours, que lors de la saison entière l’hiver passé!

    L’enchaînement – courses-entrainements- courses

    Après Landgraaf, nous aurions dû nous envoler fin novembre pour Pyha (Finlande) mais le manque de neige a eu raison de ces courses. Nous sommes donc partis en stage d’entrainements à Sulden, Italie. Puis début décembre nous avons pris la direction de l’Autriche pour les traditionnelles courses sur le glacier de Pitztal. Une fois de plus la météo n’était pas au rendez-vous. Ils ont quand même tenté de lancer le GS (géant) dans des conditions de neige fraîche et de vent. Nous avons fait quoi 6 portes? Thibault c’est fait prendre sur l’intérieur et n’a pu éviter la chute. Dans ces conditions pas de regrets, mais première élimination en géant depuis plus d’une année! Le lendemain le slalom a été annulé due aux très mauvaises conditions.

    Depuis Pitztal, où nous avons passé 4 jours (deux d’entraînements, deux de “courses”), nous avons pris la route direction St-Moritz et sa mythique piste Coupe du Monde Dame: la Corviglia.
Nous sommes arrivés 1 jours avant l’équipe, qui était restée à Pitztal dans l’espoir de faire le Super-G (annulé lui aussi). Pour nous enchaîner 9 jours (5 à Pitztal et 4 à St-Moritz) était juste trop, alors un jour de repos avant de nous attaquer à St-Moritz était primordial. 
 
St-Moritz pour la première fois depuis des années n’organisait pas une course Coupe du Monde, mais une course “estampillée” Coupe d’Europe (pour des raisons financières). Il n’empêche que de Coupe d’Europe il n’y avait que le nom. Pour la première fois, nous nous sommes retrouvés confrontés à la crème de la crème des athlètes Paralympics, sur une piste Coupe du Monde qui a vu Lara Gut, Dominique Gisin et tant d’autres skieuses s’y affronter quelques jours auparavant. 
Autant vous dire que l’on n’en menait pas large. 

Donc après une journée de repos, suivie d’une journée d’entraînement au glacier de Corvatsch, on s’est finalement retrouvé face à face avec la Corviglia. Mano après la reconnaissance du GS n’en menait pas large du tout. Elle avouera par la suite qu’elle pensait que nous n’avions pas encore le niveau pour maîtriser “ce monstre”. Thibault dira également plus tard, que de ne pas voir est un avantage dans ces moments là. 

Trois courses au programme: deux géants et 1 slalom. Météo parfaite, neige parfaite, décore de rêve. Pulsations à 200 dans l’air de départ, stress, appréhension… wow c’est pour ces émotions là que l’on pratique notre sport. 

Première course terminée, on a “dompté” la Corviglia, même si elle nous a un peu chahuté. 
On termine bon dernier, c’est logique tous nos concurrents ont déjà skié sur cette piste. Ils ont déjà pour la plupart quelques Jeux Paralympiques et Championnats du Monde derrière eux. 
Ce sont les tous meilleurs et ils sont très expérimentés, nous on découvre. 
Pour nous l’essentiel est ailleurs. En premier ça nous montre que l’on est capable de skier des pistes comme celle là, une des plus difficile du circuit, pour la confiance c’est énorme et puis la différence avec les tous meilleurs se réduit un peu. Avec la marge énorme de progression que l’on a encore, ça nous donne beaucoup d’espoir pour le futur. 

Au deuxième géant nous sortons malheureusement en première manche à 4 portes de l’arrivée. Nous étions déjà limite sur les portes précédentes, la commande donnée un peu trop tôt, Thibault c’est pris la porte de plein fouet… pas de blessures ouf. C’est le métier qui rentre. 

Du slalom nous ne retiendrons que le “fighting spirit”. Sur une piste déjà très marquée et avec l’extinction de voix de Mano le matin même, on a fait ce que l’on a pu; c’est à dire pas grand chose. Un vrai rodéo, Thibault c’est fait chahuter dans tous les sens, mais n’a rien lâché. 
On a terminé la course, la moitié des athlètes toutes catégories confondues, ne l’ont pas fini… 
Ce jour là on a montré du caractère à ceux qui doutaient (encore) de nous. 

Les fêtes de Noël, un peu de repos. 
Puis entraînements avant mi-janvier de retourner aux Grisons pour les Championnats Suisse à Klosters. Ces Championnats Suisse, pour une fois, ne seront pas couronnés de succès. 
Dans des conditions plus que limites, on sortira en Géant et le slalom sera annulé.
    Nous ne serons donc pas couronnés Champion Suisse pour la 3ème année consécutive.
    Next!

    La tournée de l’Est: Moment charnière de notre aventure!
    

15 janvier: Nous nous retrouvons bien seul, à nouveau… 
Sans surprise nous n’avons pas été sélectionnés pour les Championnats du Monde (qui auraient dû se dérouler en Suisse en mars, mais qui finalement auront lieu entre la Slovénie et l’Italie fin janvier). Janvier c’est trop tôt dans la saison pour nous, pas le temps de “prouver”!
Tout le nouveau staff étant donc parti avec l’équipe A pour quelques courses Coupe du Monde et ces fameux Championnats du Monde, nous nous retrouvions sans équipe ni coach jusqu’à 
mi-mars. Nous on a la chance de pouvoir “gérer”, mais les quatre autres athlètes du Team relève, eux, auront un trou de deux mois en plein hiver. Pas top pour la confiance et les résultats. 
Raison évoquée par la fédération: Manque de moyens financiers pour la relève.

Pour être honnête on pensait moins de deux mois seul, car dans nos têtes trottait Veysonnaz, LA course en Valais mi-février, on espérait pouvoir y faire nos début en Coupe du Monde. Malheureusement la question d’une “wild card” pour skier “à la maison” n’est jamais venu sur la table. Nous avons donc pris la décision, comme souvent, d’aller prendre part à d’autres courses, sans équipe officielle à nos côtés, afin de continuer notre apprentissage. 
Quelques entrainements en Suisse fin janvier, puis départ début février pour :

“La tournée de l’Est” partie 1:
18 jours de voyage, 3’000km en voiture, 8 pays traversés. Heureusement le papa de Mano, Jean, va nous accompagner, pour nous aider à conduire, à cuisiner etc… Sinon pour Mano c’est beaucoup trop de devoir tout faire toute seule, en plus des courses.
Le but: Courir à Jasna en Slovaquie 1 géant et 1 slalom, puis enchaîner avec Zagreb, Croatie, pour des entrainements avec l’équipe Croate et à nouveau 1 géant et 1 slalom sur la piste Coupe du Monde. Jasna ce sont les Championnats Slovaque et Zagreb des courses Coupe d’Europe.

Il faudrait trois pages pour raconter ce voyage. Au niveau des courses, il y a eu du bon et du moins bon, mais au final beaucoup d’expérience emmagasinée. On a aussi resserré les liens avec les autres binômes, surtout ceux des pays de l’Est, qui dominent dans notre catégorie.
Encore une fois, le côté humain, partage, passion, émotions sont très riches.
Au niveau “binôme”, c’était un gros test. Passer 18 jours 24h/24h ensemble avec la gestion du voyage, de la fatigue, du stress, des courses etc… 
Ces 18 jours ont failli nous coûter chers. Une mauvaise gestion d’un projet “extern” nous a pris énormément d’énergie, là où il aurait fallu pouvoir être à 100% focus sur nos entraînements et courses, nos esprits étaient ailleurs. L’indécision, les doutes, la non communication entre nous, 
bref un cocktail explosif. 
Il n’aura fallu attendre que 2 jours à Zagreb pour qu’il explose. 
Sans rentrer dans les détails, qui nous appartiennent, pendant 24h00 il n’y a plus eu de 
Blind Trust Ski Team. Mano était au bout, n’avait plus envie de continuer comme ça. 
On s’est donné 2 jours pour réfléchir à la suite, pour se recentrer et pour se dire sincèrement ce qu’il en était. Faire un GROS point sur nous et notre binôme. 

La Blind Trust Ski Team aurait vraiment pu prendre fin en Croatie, mais finalement cette “mise au point” a été très bénéfique. Elle nous a permis de remettre les choses essentiels au centre, de nous remettre en question, de savoir ce que l’on voulait vraiment. Tout n’était pas encore réglé, mais avec du poids en moins sur les épaules, nos courses de Zagreb ont été très positives, 
dont un top 5 en géant Coupe d’Europe.

    Tournée de l’Est, partie 2:

    Rechargé à bloc et après 4 jours de repos à la maison, nous voilà reparti pour 8 jours en République Tchèque dont 3 jours de courses et 2 jours d’entraînements. 
Avion: Bâle – Prague- Bâle, location de voiture à Prague, nous aurions préféré faire moins long, mais début mars il n’y a pas le choix concernant les vols… donc se sera 8 jours.
Nous sommes seuls cette fois-ci, pas d’aides avec nous. La pluie ne nous a quasi pas lâchée du séjour, les conditions étaient difficiles et la piste pas très bien préparé. Thibault après avoir résisté le plus possible a fini par tomber en géant, avec les trous qu’il y avait on était déjà content d’avoir tenu jusque là et de ne pas s’être blessé. On fait un bon slalom le lendemain où l’on fini au pieds du Podium. Le 3ème jour, notre premier Super-G, va tourner très court, la faute à notre haut-parleur qui n’a pas survécu à ce temps humide et froid. Le Super-G ce sera pour une autre fois.

    Dernière ligne droite!

    Après quelques jours de repos bien mérités. Nous voila parti sur la France et Méribel pour nos dernières courses de la saison.
    A Méribel on y découvre la piste “Olympique Dame de 92” parfaitement entretenue. 
Une météo magnifique, un décore et une ambiance au top, le week-end s’annonce bien. 
On retrouve également l’équipe de la relève et notre coach, après deux mois de “solo”. 
Le vendredi soir, c’est un slalom nocturne qui nous attend. On y prend une superbe 3ème place.
    Le Samedi ce sont deux Super-G au programme. 
On va donc s’élancer pour la première fois dans un Super-G, sans jamais avoir fait d’entrainements dans la discipline avant et ça sur une piste Olympique… 
Avec le recul on était un peu timbré je crois 😉
    La chance du débutant? Peut-être, mais on monte les deux fois sur le podium, une 3ème et une 2ème place viennent récompenser notre “prise de risque”. Le géant du dimanche, nous étions bien placés, 3ème après la première manche, malheureusement une énorme faute en deuxième manche nous coûte le podium, on termine 4ème. Qu’importe, notre saison se termine sur de superbes notes. On est plus que jamais motivé et confiant pour le futur. 


    La Suite ?

    Ce fût une soirée de lancement du projet “ En route pour Beijing 2022” le 16 avril dans les locaux de la RTS à Genève devant 120 personnes. Une soirée exceptionnelle, encore un immense merci aux personnes présentes.

    Début mai:
Nous avons repris l’entrainement physique. 
Thibault à également commencé un stage de 5 mois chez P&G à 30%. 
Mano va elle suivre une formation intensive de 6 semaines dès juin.
    A côté nous travaillons dur pour notre recherche de fonds, il nous faut lever 170’000.-CHF 
pour couvrir nos besoins pour la saison à venir et maintenir le rêve des Jeux; en vie. 

Un énorme Merci, déjà, à ceux qui nous soutiennent. 
Nous espérons également que d’autres se joindront à notre projet hors du commun en tant que:
    Donateurs, sponsors ou partenaires.

    N’hésitez pas à nous écrire sur: btst.events@gmail.com pour nous demander plus de renseignements; dossier de sponsoring complet, contreparties, etc…

    Coordonnées Bancaire pour les dons:

    Bénéficiaire: Thibault Trancart
    N° de compte / IBAN : CH80 0840 1000 0591 9594 0
    Banque Migros Genève
    N° de clearing: 8401
    Code SWIFT/BIC : MIGRCHZZ80A

    Allez également voir le court métrage réalisé par Alp-Productions.com
    qui vous donne une bonne idée de ce que nous faisons; sous:

    Et un super article de la Tribune de Genève: https://m.tdg.ch/articles/30209962
    
Pour ceux qui ont lu jusqu’au bout: chapeau à vous et merci à tous pour votre soutien.

 Blind Trust Ski Team
    Thibault & Mano

  • Laisser un commentaire